La fée électronique

"Olympe de Gouges, la fée électronique"

« Olympe de Gouges. La fée électronique » 1989 Nam June Paik (1932-2006)

Olympe de Gouges est un assemblage de 12 postes de télévision en bois, 12 moniteurs couleur, 1 lecteur vidéodisque laser, tissu, fleurs en tissu. Sur les parois latérales idéogrammes chinois peints : « femme française ; Vérité ; Bonté ; Beauté ; Liberté ; Passion » Ce pseudo robot est un des éléments d’une installation commandée à Nam June Paik par la Ville de Paris à l’occasion de la célébration du bicentenaire de la révolution française en 1989.

Plan de l'installationCette oeuvre est une commande de la ville de Paris à l’occasion du bicentenaire de la Révolution de 1789.

L’ensemble installé dans l’entrée du musée d’art moderne est composé d’une grande structure évoquant un portique antique : « La Madeleine Disco » ; et de quatre autres robots : « Rousseau » ; « Robespierre » ; « Voltaire » ; Diderot ».

Les robots de la révolution

Nam june Paik est rompu aux techniques de l’« art vidéo ». Il est reconnu avec Wolf Vostell pour en être un des premiers créateurs au début des années 1960. Comme lui il adhère au mouvement « Fluxus » issu de la conception dadaïste anticonformiste. « Fluxus », le flux de la vie est un état d’esprit, une attitude plus qu’un mouvement. 

La télévision en temps que moyen de communication de masse (mass-média) est alors en pleine expansion. « L’art vidéo peut se définir comme une production d’images obtenues par l’utilisation d’une caméra électronique (images et sons) reliée à un magnétoscope, branchée à un moniteur (écran de télévision) ou d’un synthétiseur d’images ou d’un ordinateur. Les vidéastes portent un regard critique sur la télévision officielle. Ils produisent des images sur la vie en général. Celles-ci sont soit fixes (arrêt sur images) soit en mouvement, enregistrées et diffusées en temps réel traitées électroniquement (coloration artificielle ; déformation ; incrustation ; trucage ; feedback…) ou encore réalisées sur ordinateur (images de synthèse) » Comprendre et reconnaître les mouvements dans la peinture, Bordas 1993

Par le lieu de son installation on assiste avec « Olympe de Gouges ; La fée electronique » à la rencontre de deux fées. En effet l’arrière plan de l’installation est constitué par « la fée électricité » décor géant réalisé par Raoul Dufy pour l’exposition universelle de Paris de 1937.

"la fée électricité" 1937

Enfin le choix d’Olympe de Gouges est un hommage rendu aux femmes. C’est l’une des héroïnes majeures du premier féminisme français qui se développa sous la Révolution de 1789 sans parvenir alors à imposer l’égalité politique des sexes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×